Ma dov'è l'acqua?




Mais où est l'eau ? 

2018 – Résidence artistique à la Caserma Pepe, Lido, Venise (du 21-25 juillet 2018), Biennale di Architettura di Venezia

Compagnie Bis Itinéraire
Walkwoman Team
ITI
Igloù Paris

Recueil de témoignages, performances dans les espaces urbains vénitiens, arpentage des espaces publics autour des voies d'eau à Venise.

A l’heure, où l’eau devient une ressource rare à consommer, nous en sommes paradoxalement partout entourés.
En résidence au Lido, à deux pas de l’Adriatique, plongés dans une eau tiède chaque matin, nous nous imprégnons de la vie insulaire pour composer.
A la Caserma Pepe, ancienne caserne militaire reconvertie en lieu culturel, nous expérimentons ensemble l’urbanisme temporaire dans sa vision la plus utopique.
Le Collectif Vues d’Ici, la Compagnie Bis Itinéraire et Walkwoman Team vous ont composé une œuvre multiforme, à la recherche de l’eau.

Balade sonore à Venise

© 2018 Lucie Mesuret
Nous partons à la rencontre des Vénitiens qui nous racontent leur rapport à l'eau. Un tracé viaire, comme des rues que l'on utilise et que l'on nomme pour se repérer, une ressource importante qui tient la ville. Ce petit bout d'immersion sonore dans la lagune vous donne à entendre les voix de Venise, ville sur l'eau.

Performance Sonore et Dansée alla Caserma Pepe

© 2018 Lucie Mesuret
On tousse dans la poussière. Il fait chaud ce dimanche-là. A l’abris du soleil, nous sommes dans la coursive intérieure du premier étage de l’immense bâtisse, qui donne sur le grand parc de la caserne.
Je chante, elles dansent.
Un hélicoptère décolle tout près de nous, de l’autre côté de la fenêtre.
Nos danseuses décident de performer avec l’espace, d’interagir avec les objets qu’elles trouvent, de jouer avec le lieu, malgré la poussière et le verre jonchant le sol.
Laure ramasse un grand ruban de papier et s’en enroule.
Esylla frappe d’un bois des barreaux de fer.
Une voiture livre les boissons, on l’entend klaxonner. Ce soir c’est la fête à la caserne.
Du verre se brise, des feuilles volent.
De jeunes garçons de la lagune profitent de l’immense parc extérieur
Et font du skate sur la rampe.
Ils rythment notre visite et les coups assénés aux barreaux qu’Esylla frappe de plus en plus fort.
Nous réveillons le chien, maître des lieux qui aboie pour signaler ces bruits inhabituels.